Conseils Pratiques

Autres produits / Russie

Location de voitures

voiture

Cliquez sur la voiture

Informations sur les lignes ferroviaires transsibériennes


Le Transsibérien (en russe : Транссибирская магистраль, Transsibirskaïa maguistral ou Транссиб, Transsib) est une voie ferrée de Russie qui relie Moscou à Vladivostok sur 9 288 kilomètres. Elle est souvent confondue avec les trains qui y circulent, qui portent pourtant des noms différents selon les destinations qu'ils desservent. La ligne du Transsibérien traverse plus de 990 gares. De Moscou à Vladivostok, la durée du voyage est d’une semaine. La majorité de la population de la Sibérie se concentre le long du Transsibérien.

Il chevauche les plaines, les steppes, la taïga, les collines boisées et les montagnes de deux continents : l’Europe (sur 1 777 kilomètres) et l’Asie (de 1 777 à 9 288 kilomètres).
Son point de départ est la gare Iaroslav à Moscou.

Il existe quatre lignes traversant le continent de part en part. La plus ancienne et la plus connue est bien sûr le Transsibérien mais la plus utilisées par les touristes est le Transmongolien. Deux autres lignes existent également, le Transmandchourien et le BAM (Baïkal-Amour). Toutes ont un tronc commun entre Moscou et la région du lac Baïkal.
Ce n’est pas un train de luxe, mais un train de voyageurs et de marchands. Les touristes du monde entier côtoient ainsi les Russes, Mongols et Chinois qui utilisent le train pour transporter diverses marchandises. Ce chemin de fer rejoint les principales villes et régions de la Sibérie et de l'Extrême-Orient avec le centre de la Russie. La route traverse 8 fuseaux horaires. A l’origine, le gouvernement russe souhaitait développer l’économie de la Sibérie, appuyer la flotte russe du Pacifique et augmenter l’influence commerciale et politique de la Russie en Chine.

Le Transsibérien

Le Transsibérien est le chemin de fer le plus long du monde, commencé en 1891 et achevé en 1916, il relie la Russie européenne à l'Extrême-Orient, de Moscou à Vladivostok en passant par la Sibérie, et mesure près de 9334 km. Le prolongement jusqu'au port de Nakhodka, lui octroie 104 km de voie en plus.
C'est la ligne historique, elle a été construite en plusieurs tronçons. De Moscou elle relie Vladivostok en traversant l'Oural, la Sibérie Occidentale, la région du Baïkal et l'Oussouri. Les principales villes traversées depuis Moscou sont Nijni-Novgorod, Perm, Iekaterinbourg, Omsk, Novossibirsk, Krasnoïarsk, Irkoutsk, Oulan-Oude, Tchita, Khabarovsk et se termine à Vladivostok.

Le Transmongolien
De Moscou à Oulan-Oude à l'est du lac Baïkal la ligne emprunte la même ligne que le Transsibérien puis bifurque sur Pékin en traversant la Mongolie et sa capitale Oulan-Bator.

Le Transmandchourien
Comme pour le Transmongolien, le Transmandchourien emprunte la ligne du Transsibérien sur une grande partie puis bifurque à la hauteur de Tchita en direction de Haerbin et Pékin à travers la Mandchourie.

Le BAM (Baïkal-Amourskaya-Maguistral)
C'est le tronçon le plus récent, inauguré par Gorbatchev en 1991 après 60 ans de travaux, c'est aussi le tronçon qui traverse les régions les plus isolées. La ligne quitte celle du Transsibérien à Taïchet à 670km à l'ouest de Irkoutsk, passe par la pointe nord du lac Baïkal et rejoint le port de Sovetskaya Gavane sur la côte pacifique face à l'ile Sakhaline.
La BAM a une longueur de 4 234 kilomètres et est située à environ 500 km au nord-est par rapport aux chemins de fer du Transsibérien.

Catégories de trains

Plusieurs trains circulent sur la ligne. Le train « Rossiya » n° 1 /2 incarne le Transsibérien classique. C’est un train régulier qui effectue le trajet d’un bout à l’autre en sept jours et six nuits.  A travers 13 régions, 4 territoires, 2 républiques, une région autonome et plus de 80 villes, dont les plus célèbres sont Vladimir (sur l’Anneau d’or), Ekaterinbourg, Tioumen, Novossibirsk, Krasnoïarsk, Irkoutsk, Oulan-Oudé, Tchita, Khabarovsk et Vladivostok. Il traverse plus d’une dizaine de fleuves dont la Volga, l’Ob, l’Ienisseï, le Selenga, l’Amour et l’Oussouri. Enfin, sur plus de 200 kilomètres, il longe les rives du mythique lac Baïkal.

Actuellement, il y a deux trains quotidiens de voyageurs pour Irkoutsk. Tous les 2 jours, le train « Rossia » n°002M au départ de Moscou dessert Vladivostok. Les trains de retour portent le n° impair 001M.
Les locomotives et leur conducteur changent à chaque grande gare et dépôt, ce qui introduit des arrêts de 20' à 30' environ.

De nombreux autres trains empruntent la voie du Transsibérien : le n° 15 /16 « Oural » de Moscou à Ekaterinbourg, le n° 25 /26 « Sibiriak » de Moscou à Novossibirsk, le n° 55 /56 « Ienisseï » de Moscou à Krasnoïarsk, le n° 9 /10 « Baïkal » de Moscou à Irkoutsk et le n° 5 /6 « Okean » de Khabarovsk à Vladivostok. L’été, la climatisation est disponible, une réelle aubaine par temps caniculaire.

Il existe aussi des trains rapides (skoryi poezd), confortables, comme le train n° 43 /44 de Moscou à Khabarovsk ou le train n° 7 /8 de Novossibirsk à Vladivostok. On peut également monter à bord de trains de passagers ordinaires (passajirskii poezd), tout à fait convenables bien que plus lents, de sorte que le voyageur a l’embarras du choix pour se rendre d’un point à un autre en Sibérie.

Circule également sur la ligne les trains suivants :
•           Moscou - Perm - Moscou : le « Kama » ;
•           Moscou - Krasnoïarsk - Moscou : le « Ienisseï » ;

Les trains comportent des voitures :

de première classe, avec deux couchettes par compartiment dénommées SV,
de seconde classe, avec quatre couchettes par compartiment appelées koupé
de troisième classe, avec quatre couchettes par compartiment non fermé (avec des couchettes dans le couloir), appelées platskartny.

Sur tous les trains, le samovar est systématiquement présent dans chaque voiture et la présence d'une voiture-restaurant est assurée. Sur certains trains, la restauration à la place peut être comprise dans le billet en 1re et 2e classe. A l'époque tsariste, une voiture-église était parfois attelée à un transsib.
En fonction des horaires et des trajets, certains trains sont exploités par les Russes, d'autres par les Chinois ou encore les Mongols. La locomotive (et la voiture-restaurant) changent également à chaque frontière.
Les locomotives et leur conducteur changent à chaque grande gare et dépôt, ce qui introduit des arrêts de 20' à 30' environ.

La vie à bord

Rien ne valant l’expérience vécue, voici le récit que fait une voyageuse de la vie dans le train :
« Les Russes considèrent le train comme leur deuxième maison. À peine à bord, ils posent leurs provisions sur la tablette du compartiment et ils se changent, souvent en jogging et pantoufles. Il est conseillé de partir sur le Transsibérien comme si l’on partait en week-end, avec le strict minimum : tenue décontractée, chaussons, pull léger, affaires de toilette, un couteau suisse pour partager la nourriture et ouvrir les bouteilles.

Le Transsibérien ressemble parfois à une belle grasse matinée : on dort, on rêve les yeux ouverts, et l’on goûte « en famille ». Du fait que les Russes ne fréquentent guère le wagon-restaurant, il faut songer à prévoir des vivres : pain noir, saucisse ou saucisson, poulet, lard, sardines, pirojki, concombres et tomates, graines de tournesol, chocolat et noix. Ils sont souvent disponibles sur les quais de gare arpentés à longueur de journée par les babouchkas.

On pourra aussi se munir de jeux – les cartes et les échecs sont très populaires – et ne pas oublier d’apporter des cadeaux originaux : cartes postales, porte-clés, pièces de monnaie étrangères, portraits de famille, cartes géographiques, partitions musicales… »

Un site avec des documents audios, rencontres, textes  pour restituer l’ambiance du train. Cliquez ici

Compartiments
Chaque wagon est organisé de la même manière : 9 compartiments de 2 ou de 4 couchettes, 1 compartiment pour le responsable du wagon et 2 WC avec lavabo (1 à chaque extrémité du wagon). Un "samovar" avec eau bouillante potable est à disposition 24h/24.
Dans la plupart des trains les draps ne sont pas inclus dans le prix et vous devez les louer auprès du responsable de votre wagon.

Il existe deux catégories de compartiments : 1ère classe avec 2 couchettes en bas, une table au milieu, un miroir et parfois la télévision. En général il n’y a qu’un seul wagon de 1ère classe dans le train, c’est pourquoi,  afin de faire face à la demande, les chemins de fer confirment souvent un compartiment à 2 couchettes (donc comme en 1ère classe) dans un wagon de 2ème classe. 2ème classe avec 4 couchettes dans le compartiment (2 couchettes en bas et 2 superposées), une table entre les deux couchettes en bas et un miroir. Dans tous les compartiments il y a des espaces de rangement de bagages sous les banquettes ainsi qu’au dessus de la porte.

Pour des raisons de sécurité, demandez toujours au responsable du wagon de fermer votre compartiment lorsque vous vous éloignez, ne laissez pas de documents, argent et objets de valeur sans surveillance.

La restauration

Dans chaque train se trouve un wagon restaurant : la cuisine change en fonction du pays, c'est-à-dire si vous allez de Moscou jusqu’à Pékin, vous goûterez à la cuisine russe, mongole et chinoise. Si vous n’avez pas envie de manger dans le restaurant, vous pouvez apporter quelques soupes instantanées, boîtes de conserves ou toute autre nourriture et faire un "pique-nique" directement dans votre compartiment. Notez également que pendant les arrêts réguliers du train (renseignez-vous auprès du responsable du wagon) vous pouvez acheter toutes sortes de spécialités locales. Mais, pour ne pas risquer les problèmes intestinaux, évitez les salades, viandes froides et toutes sortes de sauces type mayonnaise. Préférez des légumes et fruits que vous pouvez éplucher.

Votre responsable du wagon vend quelques boissons (thé, café) ainsi que quelques biscuits. Vous pouvez également emporter vos sachets de thé ou votre café préféré. Le "samovar" vous fournit l’eau bouillante à tout moment. Nous vous recommandons de prendre avec vous une tasse, une petite assiette et un couteau pour vos pique- niques.
Enfin, notez également que pendant tout le trajet en Russie, les heures du départ et d’arrivée inscrites sur vos billets sont communiquées sur l’heure de Moscou, celles affichées dans les gares sont en heure locale. Attention donc au décalage horaire.

Les principales étapes du Transsibérien

Pour en savoir plus sur chaque étape, cliquez sur le lien à coté de la ville
St-Pétersbourg
Moscou
Vladimir
Nijni Novgorod
Kazan
Viatka
Perm
Ekaterinbourg  
Tioumen
Omsk
Novossibirsk  
Tomsk
Krasnoïarsk
Irkoutsk
Lac Baïkal
Oulan Oude
Tchita  
Birobidjan
Khabarovsk
Vladivostok
Oulan-Bator
Pékin

Voici un lien pour voir toutes les gares du transsibérien. Cliquez ici

Le voyage sans débourser un centime. Cliquez ici

Quizz  Transsibérien ?

- Le lieu le plus froid – entre Mogotcha (6 906 km) et Skovorodino (7 306 km), où les températures descendent jusqu’à - 62ºC.
- Le point culminant (1 040 m) – le col de yablonovy (6 110 km) entre yablonovaya et Tourgoutoui.
- Le point le plus bas – entre le golfe de l’Amour (9 252 km) et Ougolnaya (9 253 km), où le train longe l’océan Pacifique.
- La pente la plus forte – entre Adrianovskaya et Slioudianka-2 (5 305 km), les rails descendent de 400 m.
- Le plus grand pont – il enjambe l’Amour (8 512 km) sur 2 616 m.
- Le plus long tunnel – un tunnel de 7 km sous l’Amour, construit entre 1937 et 1942, aujourd’hui réservé aux trains de marchandises.
- Le plus long tunnel pour les trains de passagers – le tunnel de Tarmantchoukan (2 km), creusé en 1915 entre Arkhara (8 080 km) et Obloutche (8 190 km).
- La plus grande gare – Novossibirsk, construite entre 1939 et 1940.
- Le tronçon le plus coûteux – la ligne du Circumbaïkal, 260 km (plus de 2 millions de roubles le km)