Conseils Pratiques

Serbie du Nord: Nature et Tradition ... 9 jours/8 nuits sur plac

Serbie du Nord: Nature et Tradition ... 9 jours/8 nuits sur plac

Belgrade – Sremska Mitrovica – Novi Sad – Subotica – Zrenjanin – Kovin – Belgrade .. 431km

Devis

« Il fût un temps, d’après les livres, il y eut une mer… » Autrefois, Fruškagora était une île de la mer de Pannonie. Aujourd’hui, c’est un massif montagneux érigé sur une vaste plaine, dont le sommet Crveničot (539 m) est cerclé des tapis bariolés de la plaine de Srem, de vignes et des tours des monastères. Les pentes douces, les forêts centenaires, les fameux vignobles et les nombreux monastères sont les marques essentielles de cette haute colline du parc national du même nom.

Sur la plaine féconde de la Voïvodine se dessinent des plantations, champs de blé, vignobles et vergers reliés par les canaux d’irrigation et de drainage des grands cours du Danube et de la Tisa, des rivières Sava, Tamis, Begej, Nera… et des ruisseaux de la Fruska gora. Ces grands cours d’eaux la divisent en Backa, Banat et Srem.

Le paysage typique de la plaine pannonienne est orné de vieux puits dominant les champs et de moulins à vent qui utilisaient autrefois la puissance de vent pour moudre le blé. Et les chevaux galopent dans la vaste plaine, attelés aux fiacres ou montés dans les nombreux haras de la Voïvodine.

Le mélange des peuples, religions, confessions et cultures qui vivent tous dans l’harmonie et le respect mutuel enrichit les villes et les villages de la Voïvodine en les dotant d’une variété architecturale de maisons et jardins, du style de mobilier des chambres d’hôte, des couleurs et décorations de la tenue traditionnelle, des saveurs de la nourriture, de la musique et folklore, des traditions populaires et religieuses…

Les fermes de la Voïvodine (« salaches »), éparpillées dans les champs, ont depuis longtemps abandonné l’agriculture pour le tourisme. Isolées du reste du monde, elles séduisent par leur charme des temps anciens et préservent la tradition de la Voïvodine. Certaines ont plus de 200 ans et elles sont devenues de véritables musées de la vie de la plaine de Voïvodine, avec de nombreux objets que leurs habitants utilisaient autrefois sur les champs, dans la maison ou dans le jardin. Les poêles de faïence transforment l’énergie des forêts de la Voïvodine en chaleur pour les chambres d’hôte des « salaches ». Sur les vielles armoires reposent des coings parfumés ou des pots de « slatko », et le soir, on dort dans de grands lits avec des couvertures à plumes, épaisses mais légères.

La cuisine traditionnelle de la Voïvodine propose en entrée du jambon fait maison, du lard de Banat, « cvarci » à la paysanne (sorte de grattons de porc), de la saucisse « svargla », de la saucisse de Srem, du kulen slovaque, du fromage allemand, de Sombor ou de Banat. Ensuite, c’est une entrée chaude : la « gibanica » (« pita » au fromage blanc), la « proja » (sorte de pain de maïs) au fromage et aux « cvarci », des soupes et potages avec des nouilles faites maison… Le nombre des plats principaux est « illimité » et ne dépend que de l’imagination de la maîtresse de maison – plats cuits, grillés, panés ou un peu de tout. Et à la fin, quelque chose de sucré est obligatoire : strudel au pavot, aux noix ou aux griottes, les « pitas » à la citrouille ou aux pommes, des beignets, « vanilice » ou « Schneenockerl ». Les rakijas et vins faits maison enchantent par leur goût et parfum. Le « bermet » de Sremski Karlovci, très apprécié à la cour autrichienne autrefois, est un vin célèbre de la Fruska gora.

Les « salaches » représentent un plaisir complet – nourriture, boisson et compagnie joyeuse qui chante aux sons de la « tambura » ou du violon des chansons sentimentales des temps anciens ou des chansons gaillardes un peu grossières. Fatigué des soirées, vous vous reposerez facilement en partant à la chasse ou à la pêche, en faisant du vélo, du bateau, de la natation ou du patin sur le lac gelé durant l’hiver.

Fruska gora, la seule montagne dans la plaine de la Voïvodine, n’est pas seulement un Parc national ou lieu riche en beautés naturelles. Elle abrite également 17 monastères orthodoxes, connus pour leur architecture, trésors riches, bibliothèques et fresques dont certaines datent du XIIe siècle. Les plus célèbres monastères de la Fruska gora sont, entre autres, Krusedol, Ravanica, Grgeteg, Vieux et Nouveau Hopovo, Jazak…

Jour 1 : France – Belgrade ... baptême d'eau

Arrivée à Belgrade, et première balade dans la capitale de la Serbie surnommée la ville blanche (Beo Grad). C’est une des plus anciennes villes d’Europe et depuis longtemps, elle a représenté une plaque tournante en tant que carrefour des routes de l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Elle s’est construite autour de deux fleuves internationaux, au confluent de la Sava et du Danube, entourée d’eau des trois côtés. Cette situation géographique lui a mérité le nom de « Porte des Balkans » et de « Porte de l’Europe centrale ». promenade en centre ville, premier contacts avec les belgradois. Nous vous conseillons pour cette fin d'après –midi une croisière sur le Danube et la Save avec dîner pour une rencontre avec la ville depuis "les eaux" – (durée 1h30) et de terminer la soirée au quartier branché de Belgrade en faisant la tournée des bars et radeaux de la ville ( Belgrade élu au TOP10 dse meilleures destinations au monde pour sa vie nocturne).

Nuit à Belgrade.

Vos hébergements :

Hébergement Luxe: METROPOL*****
Hébergement Premium: PARK***
Hébergement économique: Hôtel ROYAL** ou Go2Hôtel** ou similaire

Jour 2 : Belgrade ... baptême d'air

Découverte de la vieille ville, de la forteresse de Belgrade, des souterrains datant des époques romaines, turques, autrichiennes et serbes. Visite de galeries d'art, de musées, Belgrade à pied ou en autocar ou bien une visite en old timers (voitures de collections), visite du Mont d'Avala ou bien le baptême d'air de Belgrade, vol en avion de tourisme au-dessus de al ville et de ses fleuves. Pour le soir, il est conseillé de rendre visite au quartier bohème de Skadarlija, le petit Montmartre de Belgrade, pour une promenade, un verre ou un dîner au son de musiques tziganes ou d'Europe Centrale.

Nuit à Belgrade.

Jour 3 : Belgrade – Sremska Mitrovica ... à la rencontre des Empereurs romains ... (60km)

Vos hébergements :

Hébergement Premium:ZASAVICA***
Hébergement économique: SIRMIUM ** ou similaire

Sremska Mitrovica est située le long de l'autouroute E70. Sremska Mitrovica est l'antique ville romaine de Sirmium qui obtint le statut de colonie et devint une importante position militaire et un centre stratégique de la la province de Pannonie ; avec l'instauration de la Tétrarchie, elle devint pour un temps l'une des capitales de l'Empire: dix empereurs romains sont nés dans la ville ou à proximité. L'actuelle Sremska Mitrovica est le centre administratif du district de Syrmie (Srem).
Le territoire de la Ville de Sremska Mitrovica offre des possibilités pour les amateurs de milieux naturels. Il abrite notamment une partie du parc national de la Fruška Gora en 2000, le massif a été désigné comme une zone importante pour la conservation des oiseaux (en abrégé : ZICO). On y trouve aussi une partie de la réserve naturelle de Zasavica, qui s'étend sur 760 ha, près du village de Zasavica depuis 2000, sur 5 200 ha, elle a été définie comme une zone importante pour la conservation des oiseaux et, depuis 2008, elle figure sur la liste des sites Ramsar pour la conservation des zones humides.
La « réserve naturelle intégrale » de Stara Vrati?na est située près de Kuzmin. Sur 17 500 ha, la forêt de Bosut constitue une zone importante pour la protection des oiseaux. Beaucoup de villages de Sremska Mitrovica abritent des monuments culturels classés:
Le monastère de Šišatovac

Au nord de la ville, dans le massif de la Fruška gora se trouvent quatre monastères orthodoxes serbes classés parmi les monuments culturels d'importance exceptionnelle de la République de Serbie. Le monastère de Divša, situé entre les villages de Vizi? et Divoš, a sans doute été fondé par le despote serbe Jovan Brankovi? à la fin du xve siècle ; il est mentionné pour la première fois dans des documents turcs de la seconde moitié du xvie siècle. Le monastère de Kuveždin se trouve lui aussi près de Divoš ; la tradition attribue sa fondation à Stefan Štiljanovi? qui fut despote de Serbie de 1537 à 1540 mais la première mention avérée de cet établissement religieux remonte à 1566-1569. Selon la tradition, le monastère de Petkovica, à Ležimir, a été fondé par Jelena, la veuve de Stefan Štiljanovi? ; les archives attestent de son existence en 1566-1567. La fondation du monastère de Šišatovac est attribuée à des moines refugiés du monastère de Ži?a ; son existence est attestée au milieu du xvie siècle ; il est associé au souvenir de l'archimandrite Lukijan Mušicki (1777-1837), auteur du Miroir de la harpe de Šišatovac : après l'échec du Premier soulèvement serbe contre les Ottomans, en 1813, ce haut dignitaire de l'Église orthodoxe serbe, qui était en même temps un linguiste, dirigea le monastère et y reçut Vuk Stefanovi? Karadži?, le grand réformateur de la langue serbe.
L'église Saint-Georges de Divoš a été bâtie en 1769 et l'église Saint-Georges de Jarak en 1779. L'église Saint-Gabriel de Veliki Radinci a été construite en 1780 à Grgurevci, l'église Saint-Michel date elle aussi de 1780. L'église Saint-Nicolas de Martinci remonte à la seconde moitié du XVIIIème siècle, tout comme l'église de la Descente du Saint-Esprit à Šašinci et l'église Saint-Nicolas de Šuljam. L'église Saint-Georges de Man?elos a été édifiée en 1802. L'église de la Sainte-Trinité à Zasavica a été construite entre 1894 et 1899.

Le village de Kuzmin abrite une église dédiée à saint Côme et saint Damien, édifiée entre 1773 et 1793 ; il abrite aussi deux greniers anciens classés, l'un situé 94 rue Savska et remontant aux années 1840, l'autre situé 57 rue Zmaj Jovina et daté de 1825. L'église Saint-Michel de La?arak remonte à la seconde moitié du xviiie siècle le village abrite également un grenier remontant à la première moitié du xixe siècle. En plus de son monastère, Ležimir possède deux monuments classés : l'église Saint-Georges datée de la seconde moitié du xviiie siècle et une maison rurale qui remonte à la fin du même siècle.

Activités: Promenade en bâteau sur ZASAVICA, observation de la nature, marche à pied, visite de monuments, vestiges, musées et monastères.

Nuit à Sremska Mitrovica.

Jour 4: Belgrade – Novi Sad ... Fruska Gora .. Monastères ... (55km)

Vos hébergements :

Hébergement Luxe: Hôtel Tvdjava Leopold I *****
Hébergement Premium: Hôtel Vojvodina***
Hébergement économique: Veliki*** ou Rimski** ou similaire

Après le petit déjeuner, vous reprendrez la route vers le nord pour entrer dans le parc national de Fruska Gora. Vous commencerez par visiter les monastères. Dans un espace de 50 km de long et de 10 km de large, sur la montagne de Srem, Fruska gora, 16 monastères orthodoxes serbes sont situés, construits vers la fin du Moyen Âge, lorsque, suite aux invasions des Ottomans, le centre de la culture serbe a été transféré en Hongrie du sud de l’époque. Cet ensemble culturel et historique unique a été proclamé bien culturel de valeur exceptionnelle pour la Serbie.

La plupart des monastères a été construite sous l’influence des écoles architecturales de Raska et de la Morava, et au cours des temps, ils ont été radicalement refaits. Lors des renouvellements, les églises ont reçu de hauts clochers de plusieurs étages, de formes baroques et à l’intérieur, de grandes iconostases baroques complexes, peintes par les meilleurs peintres serbes de l’époque.

En allant de l’Ouest vers l’Est, on trouve les monastères : Privina Glava, Divsa, Kuvezdin, Petkovica, Sisatovac, Besenovo, Mala Remeta, Beocin, Rakovac, Jazak, Vrdnik, Staro Hopovo, Novo Hopovo, Grgeteg, Velika Remeta et Krusedol. Vous ferez votre choix de visites.

Vous serez au coeur du parc national de Fruska Gora. Le massif de Fruškagora est composé de différents types de roche datant du paléozoïque, du mésozoïque, du tertiaire et du quaternaire. Cette composition géologique s’est enrichie de nombreux fossiles végétaux et animaux. Ils ont été préservés dans les couches de l’ancienne mer de Pannonie, qui se trouvait dans cette partie de notre pays dans une période allant d’il y a cinquante millions d’années à il y a deux cents ans. Par ses fossiles nombreux, l’ancienne île de la mer de Pannonie reflète le passé géologique. En raison de ce patrimoine naturel, FruškaGora compte parmi les régions les plus importantes d’Europe.

Grâce à ses bases géologiques, ses caractéristiques insulaires, ainsi qu’aux conditions maritimes passées, Fruškagora possède un monde vivant riche et particulier. Parmi les espèces que comprend la flore de cette région, il faut mentionner des plantes rares telles que la cerise des steppes, l’aubépine noire, la plante sans feuilles, et plus de 30 types d’orchidées… Les forêts y sont mixtes et variées. Il est très intéressant de remarquer que plus de 30% des forêts de Fruškagora sont composées exclusivement de tilleul, cas unique en Europe. La végétation herbacée se caractérise par de nombreuses espèces rares typiques de prés et de steppe de caractère fossile, comme par exemple : l’adonis, la grande anémone, le stipe… Il y a environ 400 espèces de champignons connues actuellement. Les champignons comestibles les plus connus sont la lépiote élevée, la chanterelle, le cèpe de Bordeaux, etc.

Dans les forêts de Fruškagora vivent aussi le chat-tigre, la fouine blanche, le loir gris, la chauve-souris, et aux bords des steppes il y a de nombreuses colonies de Souslik d’Europe.Les ornithologues ont répertorié exactement 211 d’espèces d’oiseaux à FruškaGora. Les oiseaux les plus rares et donc les plus menacés, sont les oiseaux de proie, tels que l’aigle à croix, l’aigle pomarin, le faucon des steppes, le pygargue à queue blanche et l’aigle pygmée. Le monde des insectes est particulièrement riche, comprenant aussi des espèces qui figurent dans la liste des raretés naturelles de la Serbie.

Nuit à Novi Sad.

Jour 5: Novi Sad ... Sremski Karlovci - Petrovaradin ...

Novi Sad est le centre administratif de la Province Autonome de Voïvodine. Sur le territoire actuel de Novi Sad, on a trouvé des agglomérations de l’homme datant de l’époque de la Préhistoire. Située dans le bassin d’une ancienne mer – la vallée pannonienne, arrachée au sol marécageux, elle se trouve au point de rencontre des cultures européennes et balkaniques qu’elle a, depuis toujours, su concilier.

Entre 1692 et 1780, pendant le règne des Austro-hongrois, sur la rive droite du Danube, fut construite la Forteresse de Petrovaradin, un des célèbres sites fortifiés d’Europe. La ville de Novi Sad a été construite par les mains habiles des commerçants et des artisans qui travaillaient dans la Forteresse de Petrovaradin. Douze soldats, vingt boulangers, bouchers et autres commerçants sont inscrits en tant que fondateurs de la ville actuelle. À partir de 1748, l’époque où les riches habitants de Novi Sad rachetèrent, de la reine austro-hongroise Marie-Thérèse, le privilège d’exemption de l’administration féodale des Confins militaires, la liberté et l’indépendance devinrent les fondations sur lesquelles se déroulera le développement économique et culturel de la ville.

La Forteresse de Petrovaradin fut construite près de Novi Sad, sur la rive droite du Danube, à la place de Cusum romain et Petrikon médiéval, dont les vestiges furent détruits en 1690. Construite entre 1692 et 1780, sur un endroit élevé, surplombant le Danube, la Forteresse, en tant que fortification, selon le système de fortifications françaises de l’architecte Vauban, et selon les plans des ingénieurs militaires autrichiens Marsigli, Kaiserserfeld et Wamberg.

Elle comprend la Ville haute et la Ville basse. Des tunnels et des galeries, d’une longueur totale de 16 km, furent construits dans la haute Forteresse. Dans la forteresse basse – Wasserstadt, se trouvaient les appartements des officiers avec le magistrat, l’hôpital, l’ancien arsenal, la caserne et d’autres bâtiments publics. Au-dessous de la Forteresse se trouve l’église paroissiale de Saint-Georges (Sveti Juraj), tandis que l’église orthodoxe se trouve à l’intérieur de la ville. La Porte de l’eau n’a pas été pas préservée. À l’intérieur des remparts se trouve la nouvelle Porte de Belgrade.
Les fouilles archéologiques du début du XIXe siècle, ont mis à jour des couches culturelles datant du Paléolithique moyen à l’époque autrichienne. Les restes de l’abbaye cistercienne de 1243, dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie, découverts sous le bâtiment de l’Arsenal, aujourd’hui le Musée de la ville de Novi Sad, sont également d’une grande importance.

La Forteresse de Petrovaradin est mieux connue aujourd’hui pour le festival de musique « Exit » qui y a lieu chaque année au mois de juillet. La forteresse est le lieu de nombreux autres événements culturels et de divertissement.
Novi Sad est spécifique pour son mélange de nombreuses cultures. Son passé lointain et plus récent nous montre que les habitants de Novi Sad ont depuis toujours respecté les valeurs humaines universelles : savoir, travail, application, pacifisme, tolérance et modération en tant que bases fondamentales du progrès. Grâce à cela, Novi Sad est un milieu unique qui se distingue par son hospitalité, multilinguisme et ouverture. Ses habitants, environ 300 000, puisent leur énergie du Danube, fleuve qui a façonné leur tempérament et les contours de leur ville.

Novi Sad est une ville connue par ses événements culturels et festivals comme : Théâtre de Sterija, Jeux d’enfants de Zmaj, Fêtes musicales de Novi Sad, Festival international de jazz, Festival du film et des médias « Cinema City », Festival international de théâtre alternatif – Infant, Festival international de l’art vidéo – Videomedeja, Régate TID sur le Danube, Foire internationale de l’agriculture, Foire internationale de la chasse, de la pêche, du sport, du tourisme et nautique « Lorist », le plus grand festival de musique en Europe du Sud-est – Exit…
L’Université de Novi Sad a 19 facultés et des départements spécialisés où les cours sont donnés dans les langues des minorités nationales ou spécialisés dans leur étude.

Grâce aux excellentes conditions pour la viniculture, les vignobles de la Fruska gora se trouvent parmi les plus importants en Europe centrale depuis le Moyen Âge. Sur la Fruska gora se trouvent trois centres de production de vin : Petrovaradin avec Sremski Karlovci, Irig et Erdevik.

À proximité de Novi Sad se situe le Parc national « Fruska gora » un habitat pour un grand nombre d’espèces animalières. Outre les surfaces couvertes de forêts, les écosystèmes et ensembles géomorphologiques précieux, la Fruska gora abrite également les célèbres monastères de la Fruska gora et un grand nombre de lieux d’excursions : Iriski venac, Zmajevac, Andrevlje, Koruska et également les lacs Ledinacko, Medjes, Borkovac…
Dans la région du Danube, près de Novi Sad, se trouve le Marécage de Kovilje et Petrovaradin, un habitat important d’oiseaux, dont certains représentent des espèces rares et menacées : le safari photo traditionnel est organisé début juin dans le Marécage de Kovilje et Petrovaradin.

Jour 6: Novi Sad-Subotica ... la route des vins ... le baroque- le lac de Palic ... (94km)

Vos hébergements :

Hébergements Luxe: Best Western Hôtel Gloria****
Hébergements Premium: Hôtel Galleria****
Hébergement économique: Cvetni Salas** ou similaire

Après le petit déjeuner, vous prendrez la route du Nord vers la Hongrie pour vous rendre à la ville de Subotica en traversant la région appelée Backa et la multitude de fermes dites Salashi. Les « salaches » se trouvent dans toutes les régions de la Voïvodine : Backa, Banat et Srem. Ce sont des anciennes fermes de plaine, éparpillées dans les champs et isolées du reste du monde, loin du bruit, de la pollution et la hâte du monde moderne.

Certaines fermes ont plus de 200 ans et représentent de vrais ethno-musées avec un grand nombre d’objets anciens, mobiliers et outils agricoles. Quelques-unes possèdent des poêles en faïence et des chambres d’hôte à l’ancienne avec des lits larges et des couvertures à plumes.

Il y a des fermes qui ont complètement gardé le mode de vie typique de la Voïvodine et d’autres qui ont été aménagées et adaptées aux besoins modernes, avec des piscines, terrains de sports, viviers et autres activités de récréation. Les fermes les plus grandes ont également des haras, de petits zoos, et des musées et collections ethno.

Ce sont des endroits parfaits pour des vacances calmes avec des activités de recréation variées, mais aussi pour une sortie agréable avec une bonne cuisine de Voïvodine, des vins et rakija locaux de grande qualité, aux sons gais des joueurs de « tambura ».

Subotica possède plusieurs musées. Le Musée municipal a été créé le 24 avril 1948 et il a ouvert ses portes le 29 novembre 1948 dans la célèbre Maison Reichle, un édifice typique de l'art nouveau hongrois ; aujourd'hui installé dans les bâtiments de l'Hôtel de ville, il abrite des collections d'archéologie et d'histoire, ainsi qu'une galerie de peintures. Parmi les autres musées, on peut citer la galerie Vinko Per?i?, fondée en 1996 et installée dans un bâtiment de style éclectique remontant à 1894. La Bibliothèque municiple de la ville et les Archives municipales constituent un autre centre d'intérêt de Subotica. La ville possède aussi de nombreuses associations culturelles, serbes, hongroises ou croates.

Subotica et les localités accueillent un certain nombre d'événements culturels, notamment un Festival international des théâtres d'enfants.

Outre la ville de Subotica elle-même, avec son architecture, ses musées et ses diverses manifestations culturelles, le territoire de la Ville abrite un certain nombre de sites touristiques. La ville de Pali?, par exemple, possède de nombreuses villas datant de fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, ainsi qu'un jardin zoologique, qui est un des plus beaux de Serbie. Les bords du lac de Pali? sont un lieu de promenade et de villégiature appréciés. Le lac Ludaš, situé non loin de Subotica, a été classé parmi les sites Ramsar pour la conservation des zones humides en Serbie.
Activités et visites: ethno-parcs, promenade à vélo, promenade en bateau sur le lac, activités nautiques, visites de haras. A la fin de la journée, vous reprendrez l’autouroute vers le sud pour vous rendre dans la 3ème région de la Voïvodine, le Banat et la ville de Zrenjanin où vous passerez la nuit.

Jour 7: Subotica ... Zrenjanin Architecture... Nature ... (98km)

Vos hébergements :

Hébergement Luxe: Hôtel Vojvodina****
Hébergement Premium: Villa Filadelfija****
Hébergement économique: Ethno complexe Tiganjica ** ou similaire

La ville de Zrenjanin est riche d’activités, manifestations et connue pour son architecture. Sont organisées les journées de la Bière, les colonies d’artistes peintres, les manifestations folkloriques tout au long de l’année.

Parmi les édifices les plus importants de Zrenjanin, on peut citer :

L'Hôtel de ville, construit en 1816, reconstruit en 1887, style néo-baroque, Gyula Pártos et Ödön Lechner. le Palais des fincances, aujourd'hui Musée national, construit en 1894, style neorenaissance, István Kiss. le Théâtre de Zrenjanin, construit en 1839, style néoclassicique ; il est le plus ancien théâtre de Serbie. le Palais de justice, construit entre 1906 et 1908, style romantique, Sandor Eigner et Marcus Rehmer. la Cathédrale, construire entre 1864 et 1868, Stevan ?or?evi?. le Palais Bukovac, construit en 1905, style néorenaissance. l'ancien Hôtel Vojvodina, construit en 1886, style néorenaissance, Bela Pelkl. le Lycée de Zrejnanin, construit en 1846, reconstruit en 1937. l'église Uspenska, construite en 1746, style baroque, la plus ancienne église de la ville. le Petit pont, construit en 1904, le plus ancien pont de la ville. l'Académie de commerce, construite en 1892, style néorenaissance, István Kiss. la Maison Benc, construite en 1906, style Sécession. l'église Vavedenska, construite en 1777, style baroque. l'église évangélique slovaque, construite en 1837, style néoclassique. l'église protestante, construite en 1891, style néogothique. le Pont sec, construit en 1962 ; depuis 1985, il n'enjambe plus aucune rivière. le Pont Eiffel, construit en 1904, remplacé par un nouveau pont en 1969. le Palais Dun?erski, construit en 1910, style Sécession. la Synagogue de Zrenjanin, construite en 1896, Lipót Baumhorn, démolie en 1941 par les nazis. la Maison Soko, construite en 1927, style académique, Dragiša Brašovan.

Dans la région, à quelques pas de la ville vous trouverez Lukino Selo – E?ka, le village Ecka à quelques kilomètres de la ville, colonie d'artistes, ethno-village Belo Blato et bien sûr, Carska Bara qui est la plus large tourbière et l'une de plus grandes réserves naturelles en Serbie. De nombreuses plantes autochtones côtoient celles d'importation plus récente. On peut y observer diverses plantes aquatiques, parmi lesquelles la fougère aquatique, des nymphéacées, du plumbago, de l'achillée, de l'absinthe.

Jour 8: Zrenjanin – Kovin ... Le Sahara européen ... (82km)

Vos hébergements:

Hébergement Premium: Vila Milano
Hébergement économique: Grad ou similaire

Après le petit déjeuner vous reprendrez la route vers le sud est pour vous rendre à la ville de Kovin et la Deliblatska Peš?ara qui est la plus vaste zone sablonneuse d'Europe et elle faisait autrefois partie d'un vaste désert préhistorique, créé par le retrait de la Mer pannonienne. La Deliblatska Peš?ara est également connue sous les surnoms de « Sahara de l'Europe »1 et de « plus vieux désert d'Europe ». Comme le sable menaçait d'ensevelir certains villages alentour, l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse fit boiser la plaine pour stabiliser le sol au xviiie siècle. En raison de son caractère unique et en raison des forêts qui la recouvrent désormais, elle a été proclamée réserve naturelle en 1965. Depuis 2002, la Deliblatska peš?ara se porte candidate pour être inscrite au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

La Deliblatska peš?ara couvre une superficie d'environ 33 000 hectares. Elle s'étend en forme d’ellipse du sud-est au nord-ouest, entre 44° 48' et 45° 12' de latitude nord et 38° 16' et 38° 58' de longitude est. Les localités les plus importantes situées à proximité sont Bela Crkva, Vršac et Banatski Karlovac à l'est et Kovin, Pan?evo et Kova?ica à l'ouest.

Le secteur est composé de dunes de sable qui s'élèvent de 70 m à 200 m au-dessus du niveau de la mer ; ces dunes ont été formées par les vents au cours de la période de l'Holocène, à partir de couches de sables composées de silicate et de carbone3. La zone jouit d'un climat continental modéré, avec des températures moyennes de 22 °C en juillet et de -1 °C en janvier.

La Deliblatska peš?ara est également dotée de nombreux points d'eaux, comme la « Source de la jeune fille », et de nombreuses zones humides. En 1989, elle a été classée parmi les Zones importantes pour la conservation des oiseaux (Important Bird Areas ou IBA).

La Deliblatska peš?ara est une zone couverte de forêts, qui souvent prennent une allure de steppe. Parmi les nombreuses espèces représentées dans la réserve, on peut citer le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia), plus communément appelé acacia, le pin (Pinus), le chêne (Quercus), le tilleul (Tilia), le noyer noir (Juglans nigra), le frêne (Fraxinus), le bouleau (Betula verrucosa), le peuplier (Populus).
La réserve abrite plusieurs espèces du genre Prunus : le bois de sainte Lucie (Prunus mahaleb), le prunellier (Prunus spinosa) et le cerisier tardif (Prunus serotina), ainsi que plusieurs espèces du genre "Cornus" : le cornouiller mâle (Cornus mas) et le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea).

Parmi les arbustes, on peut également signaler le genévrier commun (Juniperus communis) mais aussi le genévrier de Virginie (Juniperus virginiana L.), le mûrier (Morus), l'aubépine monogyne (Crataegus monogyna), le fusain d'Europe (Euonymus europaeus). On peut encore citer le troène commun (Ligustrum vulgare), l'épine-vinette (Berberis vulgaris), la bourdaine (Rhamnus).

La Deliblatska peš?ara abrite une faune variée. Parmi les insectes, en raison de la nature sablonneuse du terrain, on y trouve certaines espèces de fourmis, comme la fourmi du désert et la fourmi-lion. On y rencontre aussi beaucoup d'autres espèces comme la gerbille des steppes. Il est à noter que la réserve abrite une population permanente de loups. On y trouve également des chevreuils et des sangliers.

La réserve est particulièrement réputée pour les nombreuses espèces d'oiseaux que l'on peut y observer4. Parmi ces espèces, on peut citer l'ibis falcinelle (Plegadis falcinellus), des espèces de hérons, comme le blongios nain (Ixobrychus minutus), le crabier chevelu (Ardeola ralloides), ou la grande aigrette (Ardea alba). La réserve abrite également des spatules, des fuligules nyrocas (Aythya nyroca) et des sarcelles d'été (Anas querquedula). Parmi les rapaces, on peut citer la pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) , l'aigle impérial (Aquila heliaca), le busard des roseaux (Circus aeruginosus), le balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), l'autour des palombes (Accipiter gentilis), le faucon sacre (Falco cherrug), l'otus. D'autres oiseaux vivent aussi dans la réserve ou viennent y séjourner : l'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), European Nightjar, le pic noir (Dryocopus martius), le guêpier d'Europe (Merops apiaster), la huppe fasciée (Upupa epops), le rollier d'Europe (Coracias garrulus), le torcol (Jynx), l'hirondelle de rivage (Riparia riparia) ; cette dernière espèce est représentée par environ 18 000 couples dans la réserve4. On peut encore ajouter à cette liste le pipit rousseline (Anthus campestris), la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), la fauvette épervière (Sylvia nisoria), la rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) et le traquet motteux (Oenanthe oenanthe). Nuit à Kovin.

Jour 9: Kovin – Belgrade (42km) - France

Après le petit-déjeuner, vous prendrez la route de Belfrade pour vous rendre à l'aèroport.
Si vous venez avec votre propre voiture, route vers la frontière hongroise, puis retour vers la France. Si vous êtes en formule Fly&drive, retour à l’aéroport de Belgrade (60 km) pour un envol vers la France Ou bien en autocar EUROLINES depuis Belgrade jusqu'à Paris. Si vous avez un jour supplémentaire, une nouvelle découverte vous attend au détour d'un flanc de montagne ou d'une rivière.



Tarifs

TARIFS A PARTIR DE:

Hébergement mixte Luxe et Premium

A partir de 1048 euros par personne

Hébergement Premium

A partir de 824 euros par personne

Chez l'Habitant/ Hostel

A partir de 648 euros par personne

 

*Par personne, base chambre double.

Le prix comprend :

 

  • 7 nuits d'hébergement avec petits déjeuners: 2 nuits Belgrade, 1 nuit à Sremska Mitrovica, 2 nuits à Novi Sad, 1 nuit à Subotica,1 nuit à Zrenjanin et 1 nuit à Kovin.  Hébergement de luxe uniquement à Belgrade, à Novi Sad et à Subotica au choix d'hôtels de 4 et 5 étoiles.
  • 7 jours de location voiture type Opel Corsa (base 2 personnes)

 

Le prix ne comprend pas :

 

  • Le billet d'avion, Paris – Belgrade AR. A titre indicatif entre 120€ et 400€.
  • Le billet d'Autocar Eurolines, Paris – Belgrade AR, A titre indicatif autour de 160€.
  • Les taxes d'aéroport.
  • Transfert aéroport. A partir de 30€.
  • Frais de dossier: 40 € forfaitaires pour l'ensemble de personnes (pour 6 personnes et plus les frais de dossier sont offerts)
  • Assurances facultatives
  • Supplément éventuel pour la chambre individuelle

 

Informations complémentaires :

Il est possible de personnaliser le circuit, contactez-nous.
Pour ceux qui veulent voyager avec la voiture personnelle, nous pouvons réserver les nuits d'étapes sans la location voiture, contactez-nous.

Le prix aérien peut évoluer dans les 2 sens en fonction du tarif aérien disponible au moment de votre demande. Vous ne pouvez que gagner en réservant longtemps à l'avance.

Formalités de police: Depuis le 12 Juin 2010, les citoyens des pays de l’Union européenne peuvent entrer librement en République Serbe munis de leurs cartes d’identité et peuvent résider sur place jusqu’à 90 jours.